Créer mon blog M'identifier

Quand Dieu vous prend sous son aile.

Le 8 décembre 2015, 19:49 dans Famille 1

6 ans. 6 ans qu'il a le droit de râler, d'être jaloux, méprisant, aigri, insolent, méchant, mesquin, déloyal, perdu.

Il est Sage, Patient, Grand, Attentif, Poli, Reconnaissant, Fier.

Cela fait 6 ans qu'il attend le papier dont nous ne faisont plus attention. Notre identité. Cela fait 6 ans qu'il attend une identité. Qu'il attend d'être quelqu'un ici. En France, avec moi.

Nous avons refusé le mariage pour qu'il obtienne son identité car c'est quelque chose qui signifie beaucoup. 

J'ai refusé de faire un enfant pour qu'il obtienne son identité car je ne veux pas que mon fils soit une RAISON. Je veux que mon fils soit LUI. 

Je remarque que je l'ai fait patienté encore plus longtemps, mais je lui ai toujours que ça paierait, que sa mère veillerait sur lui de là-Haut, que Dieu l'aimait que je le sentais. 

Et voici, qu'aujourd'hui, après 6 ans, on l'appelle pour lui dire que ça y est. Il a son identité ici.

Imaginez-nous, moi au boulot, lui à la maison qui reçoit l'appel. Mettez-vous dans ses chaussures. Imaginez cet instant. 

Je crois au Ciel, Je crois en ces choses que l'on ne peut voir. Mais il possède un halo autour de lui. Ca le protègera. 

Et si c'est pas moi qui le protège, c'est Là-Haut. 

Merci. 

Aujourd'hui nous vivons, et mon empire d'amour peut enfin naître.

 

#Ma Bouée

Le 4 novembre 2015, 17:17 dans Famille 1

C'est sur lui que j'aurais le plus de mots. 

6371, 6 kms séparent Gravelines de Conakry (Afrique). Ouais. Dieu l'a fait. Merde. On l'a fait. 

La rencontre entre la Belle et le Sage. Entre la France et la Guinée. Entre le blanc et le noir. Entre lion et lionne. Parce que oui, qui plus est, nous sommes du même signe.

Des gens m'ont dit que j'avais changé. Le changement n'a qu'à nom.

Salifou.

Mais merde. Qu'ai-je fais de si bien ici bas pour rencontrer l'ange de ma vie ? Et malgré les tempêtes de la vie, je souris car il est là. Il est toujours là. Le Ciel est grand. l'Amour aussi.

C'est tellement parfait, imparfait, beau, approximatif, drôle, joyeux, tempétueux, caractériel, imprévisible, indéfinissable, définissable, sacré, sage, béni, incroyable, indispensable, obligatoire de vivre avec lui. 

Ce sont ses coutumes et les miennes. C'est MIXTE. C'est mélangé. 

Mon amour est couleur café. Il mange avec une cuillère je mange avec la fourchette. Il parle soussou. Je parle espagnol. 

Il danse sur ma vie, danse sur mes déboires, danse sur mes démons, danse sur mes idées noires. Il pietinne mes chagrins, les fait exploser, disparaitre en poussiere.

Un sourire vaut de l'or, merde le sien vaut bien plus. 

C'est tellement de courage, tellement de temps, tellement d'amour, tellement d'amitié, tellement de challenge, de suspens. tellement de cris de joie, tellement de surprises. 

Mon amour est un miracle de Dieu. Mon Amour va me sauver.

Salifou va me sauver. Salifou va sauver ma vie. 

Et je vous partager notre chanson. Parce que vous le valez bien ! 

#Mes 660 élèves.

Le 4 novembre 2015, 16:51 dans Vie professionnelle 1

Assistante d'éducation n'est pas une mince affaire. Je vois à longueur de journée les pires disquettes qu'on peut faire pour quitter plus tôt ou ne pas aller en colle ou rester au chaud dans les couloirs. Les disquettes qu'ils me sortent sont les disques durs que j'ai sorti il y a 15 ans dooooooonc ..... 

Cependant, ce métier est très sérieux. Je suis la première à les voir le matin, à voir leur tête encore marquée par les plis des oreillers ! Intéressant me direz vous mais, j'y tiens à cette grille du matin !! Leur dire bonjour leur sourire c'est important. 

Au total, je surveille 660 élèves. Certains se montrent plus célèbres que d'autres et malheureusement les plus célèbres sont ceux qui ont des soucis en dehors du collège. Et malheureusement tout le monde n'a pas toujours compris ! 

Le collège n°1 est REP+. Quel joli nom, surtout quand on demande la définition aux élèves ! Ils n'en savent strictement rien, ignorent ce que signifie chaque lettre et le + n'en parlons même pas !! C'est un collège avec énormément de moyens pour eux. Mais le défaut n'est pas dans la finance. Le défaut se trouve bien plus loin...

On ne peut pas s'adresser pareillement à chaque élève bien qu'ils soient tous égaux. Je ne peux pas parler de certains sujets avec plusieurs élèves par mégarde de froisser. Certains s'en fichent. Je pense qu'il faut y faire attention. Ces enfants là, ces pré-ado sont les employés de demain, les papas et mamans du futur. Je sais bien que l'on ne peut pas faire dans le social, mais mon métier est social. Je les vois dans mes couloirs, je les vois dans la cour, dans la cantine. Je dois être capable de déceler un problème, anticiper une bagarre, la gérer même. Je suis le social ! 

On parle de "petits adultes". Il faut les former. Les récompenses républicaines, pardon, mais ils en ont rien à foutre ! Quand on est en crise d'ado, savoir qu'il y aura la Marseillaise à la remise de diplôme on s'en carre total ! La moitié des élèves de ce collège sont en souffrance, souffrance physique ou souffrance morale. Ils se cherchent, se testent, nous testent !!! On ne peut rabaisser un élève au titre de cancre ou de délinquant parce qu'il a 15 retards. S'il a 15 retards, cet adolescent SOUFFRE. Il cherche à se montrer. Qu'on le repère. Qu'on se souvienne de lui ??? 

Pendant l'adolescence, on gueule souvent mais on ne parle pas. Voyez la différence. Notre coeur devient plus sensible, parler devient encombrant, on a l'impression qu'on nous traque, que personne n'est d'accord avec notre parole, que les adultes, tous autant adultes qu'ils soient ne nous comprennent pas et le pire c'est qu'on a l'impression qu'ils le font exprès. L'adolescence est la pire chose qu'il soit quand on a entre 11 et 18 ans. C'est long, c'est chiant. Et en plus, il faut réussir à l'école? TROP. 

Je remarque avec le temps que nous les écoutons de moins en moins, et pourtant... ils ont tant de choses à dire, tant d'idées à nous donner, et de temps à nous consacrer. J'aimerai que l'Education Nationale arrête de donner des noms comme "zone" "rep" rep+" "rep+éclair". Qu'on arrête de les mettre dans les cases, qu'on cesse les étiquettes. Les enfants sont tous égaux par nature. Ils n'ont rien choisi, n'ont pas eu le choix sur la destination. Ils vivent avec les problèmes des parents, de la France, et de ses aléas. Ils ne sont qu'éponges. J'aimerai qu'on leur donne la parole pour chaque décision concernant les écoles, collèges, lycées. Que je sache, ça fait quand même un bail que les ministres n'y sont pas allé. Ils sont les principaux acteurs, sans eux le prof n'a pas de travail, et sans eux les établissements sont vides. 

Et de plus, la Vérité sort de la bouche des enfants. Au cas où. 

XOXO. Parce que je sais que vous aimez tous Adèle. Voici le cover

Voir la suite ≫